Comment vaincre ses peurs dans une relation amoureuse ?

Elles sont tenaces et parfois tellement présentes qu’elles empoisonnent nos espoirs d’entreprendre une #relation heureuse.


Peur du #rejet, de l’#abandon, de faire le #premier_pas, de s’engager, d’accorder sa #confiance…. En bref un conglomérat d’angoisses qui font de l’Amour un vrai calvaire.


En effet, ses peurs paralysent tout projet de relation, et interfèrent dans le bon fonctionnement du couple.


Ainsi, pour mettre fin à ce cercle vicieux, et éviter que le glas s’abat sur chacune de vos relations, Les Sœurs Cupidon ont élaboré pour vous, un article complet pour combattre leurs effets désastreux, et vous permettre ainsi de vivre un amour dépourvu de toute angoisse.


Amour et douleur :


Parce que l’Amour, au-delà de la chimère, n’est pas toujours idyllique et parfois beaucoup plus épineux qu’on ne le pense. C’est un #sentiment fort complexe qui, inévitablement, impact la psyché humaine.


Des événements tels que la #rupture en passant par la #relation_toxique, les découvertes d’#aventures_extraconjugales, ou encore l’amour non-réciproque, sont tant d’épreuves et d’obstacles qui rendent l’amour un peu moins glorieux.



C’est pourquoi, le sentiment amoureux peut pour certaines personnes ne faire qu’un avec la douleur, puisque ses événements laissent des traces tenaces et impliquent de ressentir des sentiments négatifs fort de leur pouvoir, tel que de la #frustration, de la #déception, ou encore de la #jalousie qui peuvent amener à une vision et gestion désastreuse de l’Amour.


Les impacts de l’amour blessant :


A l’instar d’une plaie, si cette dernière est mal suturée, les chances de cicatrisation s’infléchissent, pour une rupture ou #relation_impossible, il en va de même, si celles-ci sont mal acceptées, de facto, cela diminue vos chances de rebondir.



Vos sentiments négatifs doivent être éphémères, et ne doivent pas impliquer la mise en place d’un climat de suspicion, de défiance et d’angoisse envers l’amour.


Si tel est le cas, l’émergence de peurs doit vous mettre en alerte.


La formation des peurs :


Invisibles mais très tenaces, avec elles, on frôle parfois la paranoïa.



Nous ressentons des angoisses sans objets, des peurs sans référent. Il suffit de gestes ou de paroles mal interprétés, et tout s’emballe.


Prenons un exemple concret : vous envoyez un SMS à votre #partenaire, mais celui-ci ne donne pas suite dans la minute. La pression monte crescendo, vous prenez sur vous pour éviter d’insister auprès de lui, puis vous imaginez tout plein de scénario. Et s’il n’était pas avec un/une autre ? Et s’il n’envisagerait pas de me quitter ?


Sur le qui-vive, constamment, vous risquez ensuite après avoir obtenu réponse de vous en prendre à votre partenaire, car ce dernier n’a pas su répondre à la nécessité de vous rassurer. Et là, c’est la crise.


Bref, ce qu’on craint n’est pas réel, mais la peur, elle, l’est. Il faut donc réussir à la dompter.


Comment éliminer ses angoisses ?


Vos angoisses témoignent de votre degré de sécurité intérieure. Plus vous manquez d’#assurance et de #confiance, plus vous pallierez ce manque par des angoisses.



Il y a donc un gros travail sur soi à faire.


Par ailleurs, vous devez aussi réviser votre rapport à l’Amour.


En effet, peu de personnes, aujourd’hui, cautionne et accepte la part de risque qu’engendre l’amour qui est pourtant inhérent à lui-même.


La #perte et l’amour sont indissociables, il faut donc l’accepter pour pouvoir aimer.


La peur de la #solitude entraîne un rapport à l’autre de l’ordre du besoin plus que du désir et, à contrario, la peur d’être submergé provoque, elle, des comportements de blocage, d’évitement et de fuite.


Il faut donc s’entraîner à s’aimer d’abord soi-même avant d’aimer l’autre.


Identifier leurs sources :


C’est souvent à cause d’un passé affectif houleux, marqué par la #perte, la #négligence, la #manipulation que les attachements sont insécures.


Il ne faut donc pas hésiter à fouiller dans son passé pour comprendre et solutionner son présent.


Prenez les mains qui vous sont tendues, en vous accompagnant de professionnels qualifiés.



De plus, prenez la mesure de votre vulnérabilité, identifiez vos peurs et blindez-vous contre elles. Si vous vous en détournez, le scénario ne fera que de se répéter.


Identifiez vos comportements problématiques : jalousie excessive, dépendance affective, ruptures choisies ou subies en série, partenaire pansement…


Prenez du temps en solo, et allez à votre rythme pour ne pas retomber dans vos vieux démons.



Exprimer ses peurs à son partenaire :


En vous confessant, vous renforcez un lien #intime, qui renforce lui-même votre sentiment de sécurité. Vous permettez un espace de confiance, où chacun se positionne, afin de réduire la peur.


Reconnaître son style d’attachement selon la théorie psy :


Selon votre type d’attachement, vous êtes, à plus ou moins fort degré, atteint par des peurs qui vous paralysent dans vos espoirs de couple heureux. En voici, les catégories :


L’attachement sécure. Les #émotions ne sont pas envahissantes ni refoulées, le sujet fait preuve d’autonomie (il a la capacité d’être seul tout en étant tranquille et en y prenant du plaisir). Il est réceptif aux demandes de son partenaire, qu’il ne vit ni comme une menace ni comme une obligation.


L’attachement insécure détaché ou évitant. Évitement de l’intimité, difficulté à se confier, à exprimer ses émotions, à solliciter les autres (aide ou conseil). Les partenaires sont en général perçus comme non intéressés ou non disponibles.



L’attachement insécure préoccupé ou anxieux. L’inquiétude domine, la jalousie ronge, le sujet est hyperémotif, et centré sur ses problèmes ou sur ses craintes (angoisse de la solitude, de l’abandon, dépendance affective).


L’attachement craintif. Le sujet est solitaire par méfiance, par crainte de l’intimité, mais il a besoin d’être rassuré. Il est extrêmement vulnérable au rejet et a du mal à s’affirmer.


Conscientiser ses angoisses :


Lancez-vous des défis. Quitte à prendre votre temps, pour ne pas retomber dans vos travers, vivez l’Amour autrement.


C’est aussi de simples gestes affectueux dans le quotidien (un sourire, des paroles réconfortantes d’inconnus ou de proches) qui vous permettront de #rebondir.


L’Amour a tant à donner, dans sa multiplicité, il faut juste savoir l’accueillir sans réticence malgré sa part d’insécurité et de #douleur.


De la douleur au bonheur :


Et parfois, il suffit d’une #rencontre fortuite, où vient se glisser un bout de #bonheur inattendu, où bienveillance et construction du couple se pense étape par étape, et cela change la donne.



L’Amour est, certes, un terrain glissant qu’il faut apprendre à appréhender avec de bonnes attaches aux sols et un bon équilibre.


Mais une fois vos peurs conscientisées, vous pouvez vous remettre en chemin en direction de la trouvaille de l’Amour.


Bien sûr, elles ne seront pas supprimées, mais vous connaissez désormais vos #failles et là où ensemble, vous devrez travailler.


Et pour trouver celui qui fera de vos peurs, vos moteurs, n’hésitez pas à vous rapprocher des Sœurs Cupidon et de ses services d’aide à la rencontre.



Avec elles, vous aurez l’assurance d’être écouté, et de trouver un partenaire conciliant et adapté à vos désirs.


Rendez-vous ici pour envisager des mises en relation avec d’autres célibataires sélectionnés par nos soins, ou rendez-vous à la prochaine #soirée_célibataires trimestrielle ce vendredi 9 septembre prochain. Pour vous y inscrire, c’est par ici.


A bientôt, pour un prochain article signé Les Sœurs Cupidon.




0 commentaire

Posts récents

Voir tout